Rétrospective Aquilegia

Le temps des collaborations – et des expériences ! – vient rapidement avec Le Théâtre des Ombres, BD cyberpunk sur un groupe de mercenaires, et Le Théâtre de l’Aube, BD fantasy sur un chasseur de monstres trop naïf et l’arnaqueur amoral qui se joue de sa candeur. Les deux récits jouent sur les points de vue : chaque artiste se charge d’un ou de plusieurs personnages, chaque chapitre devenant une pièce de puzzle qui complète la véritable intrigue. Les deux, également, sont des yaoi/M/M ; le collectif trouve « son » genre de prédilection – de l’imaginaire, de l’action et de la romance gay.

Avec son célèbre sens du timing, Sen rejoint Aquilegia comme vendeuse lors de Paris Manga 2011, juste avant une pause d’un an (jusqu’à juin 2012), Eldarianne et Lakitorai étant parties à l’étranger. A leur retour, Sen publie L’Aigle et le Safran, roman de low fantasy autour de la relation (et des intrigues) d’un général et d’un prostitué de luxe, tandis qu’Eldarianne sort l’artbook/jeu de tarot Les Masques d’Ambre, inspiré par les Princes d’Ambre de Roger Zelazny.

Parallèlement, Maelweilh fait son apparition dès Japan Expo 2012 en temps que que graphiste, communicante et codeuse ! Son aide est rapidement essentielle au fanzine que, dès Paris Manga 2012, elle rejoint officiellement en tant qu’artiste : c’est elle qui établit la charte graphique d’Aquilegia, fonde la page Facebook, crée le premier site internet….

Courant 2013, Lakitorai quitte Aquilegia pour fonder Tempus Fugit. Parallèlement, Eldarianne et Sen se lancent dans un « one-shot court avec deux types qui portent des jeans » qui devient Les Cendres de l’Hiver, une trilogie multimédia qui mélange BD, texte et illustrations – un récit d’urban fantasy qui explore les conséquences de la rencontre d’un fé et d’un chevalier… plus de dix siècles plus tard.

Très ambitieux, ce projet prendra trois ans à compléter. Les sorties parallèles restent néanmoins régulières : Les Contes du Miroir Brisé en 2014, un recueil de nouvelles, et L’Homme Noyé en 2015, thriller d’urban fantasy/de mythologie.

Le collectif a trouvé son rythme de croisière, avec une recherche de qualité et de renouvellement constante ; chaque livre est un nouveau défi et une occasion d’apprentissage dans un genre, un ton ou une forme différente. En 2016, c’est le thriller mythologique Vivarium et le cynisme mélancolique de son héros, suivi la même année par une dystopie asiatisante, Ceux qui servent, où douze nouvelles narrées depuis douze points de vue différents forment un seul récit ; en 2017, Princes de sang, roman de dark fantasy où deux jeunes princes démons s’affrontent et s’attirent, sort aux côtés de Cuivre, court roman de Maelweilh dans les genres post-apo/fantasy… et de Pépin, mélange de texte et d’image centré sur la vie quotidienne d’un couple lesbien et de leur adorable homoncule/enfant adoptif.

En effet, 2017 est aussi l’année où Aquilegia s’essaie au yuri (ou F/F, ou tout genre de votre choix) ! Le but est de dessiner de belles femmes bon s… de suivre exactement le même plan qu’avec les sorties M/M : des scénarios poussés, des univers cohérents, des romances entre personnages forts.

Au niveau humain, Aquilegia s’est également enrichi en 2016 d’une nouvelle membre : Lev, vendeuse dont l’aide se révèle rapidement précieuse. Grâce à elle, Sen découvre le concept de « faire des pauses en salon » ; elle se fait également graphiste et codeuse (à preuve : ce joli site). Encore merci mille fois à elle ♥

Et pour finir, voici, en guise d’aperçu du passé, la page « A propos » de l’ancien site, où, en défilant vers le bas, vous trouverez des photos et compte-rendu de nos salons passés depuis le début ♥